Des lieux pour exister

Tremplin 16-30 (Sherbrooke), du 20 au 22 octobre 2022


Résidences en art social, exposition et soirée de performances

Artistes : Étienne Plante et Alex-Ann Boucher

Commissaire : Noémie Fortin

Opuscule

Tremplin 16-30

Entre mai et octobre 2022, les artistes Alex-Ann Boucher et Étienne Plante ont côtoyé le milieu de vie du Tremplin 16-30 – un organisme de soutien aux jeunes à risque ou en situation d’itinérance situé au centre-ville de Sherbrooke –  lors d’une résidence en art social qui rassemble les milieux artistiques et communautaires sherbrookois.

Alors que le centre-ville de Sherbrooke est en pleine transformation, le Tremplin se situe à l’épicentre d’importants chantiers de construction. Effectués au nom de la revitalisation du paysage urbain, ces travaux ont mené plusieurs personnes à dénoncer l’embourgeoisement d’un milieu de vie qui devient de moins en moins accueillant pour celleux qui avaient l’habitude d’y trouver un chez-soi. Au Tremplin, le retentissement incessant des marteaux-piqueurs a envahi l’espace et l’esprit des personnes qui fréquentent le lieu pendant plusieurs mois, ce qui a également marqué l’expérience des artistes en résidence. Lors d’une tournée du quartier guidée par deux intervenantes de la Coalition sherbrookoise pour le travail de rue, les artistes ont été à la rencontre de ce centre-ville qui fait face à de gros changements. Les travailleuses de rue leur ont parlé de la perte de milieux de vie dans le quartier et de la dispoarition de plusieurs points de repère pour les gens qui y vivent.

Au terme de douze semaines de création et d’engagement dans le milieu, une exposition prend forme. Une installation vivante composée de sculptures-témoins, d’interventions sonores, de projections et de lieux-refuges devient le théâtre de performances participatives à l’état brut.

C’est un espace à habiter, une œuvre à activer, de la matière à façonner afin d’imaginer, ensemble, de nouveaux lieux pour exister.

Between May and October 2022, artists Alex-Ann Boucher and Étienne Plante have worked in the context of Le Tremplin 16-30 – an organization that supports at-risk and homeless youth in downtown Sherbrooke – during a social art residency that brought together Sherbrooke’s artistic and community sectors.

While downtown Sherbrooke is undergoing significant transformations, Le Tremplin is located at the epicenter of major construction sites. Carried out in the name of revitalizing the urban landscape, these building projects have led many people to denounce the gentrification of a neighbourhood that is becoming less and less welcoming for those who used to call it home. At Le Tremplin, the incessant sound of jackhammers has invaded the space and the minds of the people who use the space for several months, which has also marked the experience of the artists in residence. During a tour of the neighbourhood led by two community workers from the Coalition sherbrookoise pour le travail de rue, the artists were introduced to a downtown area that is undergoing considerable change. The streetworkers spoke to them about the loss of places to live in the neighbourhood and the disappearance of many of the landmarks for the people who live there.

At the end of twelve weeks of creation and involvement with the community, an exhibition took shape. A living installation composed of witness-sculptures, sound interventions, projections and places of refuge becomes the theater of participative performances in the rough.

It is a space to inhabit, a work to activate, matter to shape in order to imagine, together, new places to exist.


Images : Vues de l’exposition et documentation des performances / Exhibition views and performance documentation, Des lieux pour exister, Tremplin 16-30, 2022. Photos : Alexandre Roy.

Publicité